Rechercher

Les publics rencontrés m'amènent parfois à expérimenter d'autres approches. J'emprunte parfois des "chemins de traverse" pour favoriser l'ouverture à l'imaginaire, que ce soit en thérapie ou à travers des actions sous médiations en établissement scolaire. Ce vendredi, je me suis associé avec une enseignante d'arts appliqués d'une classe d'ULIS où j'interviens pour proposer une séance de modelage de terre associée à une écoute sonore. Je me suis inspiré d'un exercice de Graf Dürkheim que j'ai réalisé à plusieurs reprises avec des adultes et dans le silence.

Les résultats avec les jeunes ont été surprenants : imaginaire en mouvement, expérience sensorielle, plaisir dans le jeu et la régression, verbalisation des ressentis... et même production rythmique. Les retours ont été très positifs !


La Revue française de musicothérapie vient de publier mon travail autour de la voix en musicothérapie. Bonne lecture !

La musicothérapie en addictologie permet d'engager un processus thérapeutique qui ne s'appuie pas essentiellement sur la parole, mais s'articule sur une utilisation du sonore, du musical et du corporel. Notre réflexion s'est posée sur l'articulation possible qui semble exister entre la voix, la symbolisation et le processus de subjectivation de la personne, chose qui fait généralement défaut dans les troubles des addictions. Pour cela, nous nous sommes appuyés sur une méthode d'exploration vocale originale.

http://revel.unice.fr/rmusicotherapie/index.html?id=4298.

Willy Bakeroot publie "Musicothérapie active : rebâtir le temps de la mémoire" chez Dunod le 17 mars. L'ouvrage est préfacé par France Schott-Billmann et a été réalisé en collaboration avec Dominique Brugger, Anne-Marie, Cazanave-Robert, Tullia Conte, Christophe Grosjean, Hugues Hollenstein, Odile Spendler-Gérault.

Résumé : "Depuis l’aube des temps, les techniques de soins ont utilisé le registre rythmo-mélodique intimement lié à la parole et aux mouvements dansés du corps. Ces techniques prenaient leurs sens dans les mythologies. Les pratiques orales du récit et du conte articulées au rythme musical et à la danse soutenaient ces mythologies.
C’est de cet ensemble d’éléments que s’inspire la musicothérapie active proposée ici. Elle est une pratique thérapeutique utilisant le registre musical, tout en se libérant des contraintes de la technique. Elle porte attention à ce qui est spécifiquement humain : le jeu relationnel. De façon plutôt artisanale, ce jeu déploie des matériaux élémentaires qui encouragent et stimulent la prise de parole ainsi que les processus de symbolisation.
Les formes de la musicothérapie active proposée et exposée ici sont pratiquées depuis de nombreuses années dans les domaines du soin, de l’éducation spécialisée et de l’accompagnement médicosocial des enfants, nourrissons et leur mère, adolescents, adultes ou personnes âgées en situation de handicap et/ou dépendantes.

Le sommaire et plus d'infos disponible sur le site de l'association Carmina Carmina : http://carmina-carmina.com/carmina/musicotherapie/actualites.html