J'ai reçu un courriel de Guillaume au printemps 2020 pour une demande d'accompagnement en musicothérapie. Guillaume a 34 ans. Il réside en institution, en Maison d'accueil spécialisée au Croisic. Il est handicapé des suites d'une IMC (infirmité motrice cérébrale) survenue à sa naissance prématurée, avec des troubles moteurs importants, des difficultés d'élocution l'empêchant de s'exprimer aisément, sans oublier des douleurs en permanence. Il est totalement dépendant d'une aide au quotidien.

Guillaume se fait appeler "L'homme aux dix mille questions". Ou peut être plus encore. Ça bouillonne. Comment sortir cette intensité de pensées ? En fait, il a en permanence des idées plein la tête. Comment faire pour que que cela s'exprime ? Comment se libérer de cet enfermement ?

Au cours de son accompagnement, Guillaume a décidé de mettre en œuvre un projet de création musicale singulier et exigeant, réalisé à partir de ses textes. Ce n'est pas tout : il y aura aussi un spectacle : LE VOYAGE IMAGINAIRE. 

Petit à petit, le projet a pris forme. En attendant un système lui permettant de composer de façon autonome, nous avons commencer à mettre en musique certains textes. Des amis sont venus nous rejoindre en cours de route. Une communauté prend désormais forme autour de Guillaume : des artistes, des ingénieurs, des professionnels de santé, des étudiants... Il  y a du monde (beaucoup) ! Et puis peut être vous ?

"Le voyage imaginaire, c'est sortir de son corps.

 

Le voyageur laisse son corps.

Son esprit va là où il veut...

On va montrer aux gens comment sortir de leur corps."

La première étape du voyage imaginaire

Je prête ma voix pour raconter l'ébauche du voyage imaginaire écrit par Guillaume. Voici son récit retranscrit et mis en forme.

"Ce voyage commence dans une salle. Guillaume est face au public, installé sur son fauteuil.  Christophe Maé en fond sonore : Casting. Une voix : « laissez vous aller à votre imaginaire. » La salle plonge dans l’obscurité. Un écran de cinema réalisé avec un grand drap blanc apparait derrière de lourds rideaux rouge. La salle est plongée dans l’obscurité qui contraste avec la blancheur immaculée de l’écran. 

Silence « blanc », mat, sourd. Une image : Guillaume allongé dans son lit. Les mains sont menottés. Le corps semble avalé par le lit. Les yeux fixés au plafond. Solitude, enfermement, souffrance.

Sur scène, face au public, Guillaume lance une musique grâce à son logiciel. Il s’agit d’une musique bretonne. Derrière des images maritimes. Paysages animés, dynamiques. La voix : « je vous invite à toucher le sable. Plongez votre main dedans. » Puis : « ramassez des coquillages… pêchez des crabes…. »  Ambiance apaisée. L’air est chargé d’iode. Il est frais quand le soleil plonge dans l’océan. Chacun rapporte sur la plage des branches et bois flottés. On prépare un grand feu de joie qui viendra illuminer la nuit. Tous se retrouvent autour pour des rondes et danses improvisées. Il s’agit d’un grand fest noz. La fête s’éternisera jusqu’à l’aube.

Guillaume AKA L'homme aux 10000 questions, masqué Damien Henry (Blue Lab, St-Nazaire), Cédric Le Guillerm (compositeur) et Nicolas Jaud.

Voyage imaginaire

Retour à la scène. La voix : « Nous allons désormais prendre l’avion ». Image d’une cabine d’avion filmée en grand angle. Une voix d’hôtesse de l’air  : « bienvenus sur Croisic Air. Nous sommes au départ d’un vol à destination de Marrakech. Veuillez garder vos ceintures attachées durant le décollage ». Puissant bruits des moteurs, qui s’estompent ensuite jusqu’au silence et de nouveau l’obscurité.

 

Lumière. La voix : « nous sommes arrivés à Marrakech, Maroc. Il fait déjà 32°C dehors… » Lumière blanche et crue. Ambiance de souk. Tout autour des odeurs de thé à la menthe, d’épices, de cuir et de cuisine. Un homme en capuche nous invite chez lui pour boire le thé et manger une pâtisserie. Rythmes au derbouka lancés par Guillaume qui officie sur scène. Nouveau décors : le désert, immense et brulant. Guillaume joue de la senza. La scène s’estompe. Retour à l’avion.

 

La voix : « nous arrivons à Papeete, Tahiti. Guillaume engage une musique polynésienne au ukulélé. Soleil, sable blanc, eaux limpides… Repas partagés (poulet boucané)…

 

Le voyage touche à sa fin (pour le moment). Guillaume apparait seul face au public, assis sur une chaise « pour oublier le fauteuil ». Derrière lui, ceux qui ont contribuer au spectacle.  De nouveau Christophe Maé avec Casting, mais cette fois-ci, à la guitare et Guillaume au chant.

 

FIN"

OBJECTIFS 

Un. la dimension thérapeutique : l'accompagnement en musicothérapie

Deux. une dimension technologique, avec recherche et réalisation d'une prothèse lui permettant de faire de la musique de façon autonome.

Trois. une dimension artistique, avec l'installation d'une résidence pour réaliser, enregistrer et arranger ses œuvres et préparer une représentation du VOYAGE IMAGINAIRE.

Quatre. trouver des financements. Et là on a besoin d'un coup de main !

En attendant...